Accueil du site > N&B > Au moins 4 bonnes raisons de lire World War Z de Max Brooks

Portfolio

World War Z
La fameuse bataille de Yonkers, par John Petersen
Jesse Eisenberg dans Zombieland - encore un bouclé qui monte, qui monte (...)
Natalie Portman sera Elizabeth Bennet. Jane Austen aurait sûrement (...)
Brad ne se trompe jamais.
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

Au moins 4 bonnes raisons de lire World War Z de Max Brooks

POUR mon premier article sur Inkd, j’ai décidé de revenir sur un déjà classique de la zombittérature. Parce que j’ai toujours aimé les pousseurs de râles d’outre-tombe, et que World War Z a amené une véritable une bouffée d’air frais dans la mythologie de nos morts-vivants préférés (vampires, go home).

1. Parce que le zombie est tendance

Bon, c’est un peu une évidence, d’accord. Le lancement de l’adaptation tv de l’excellent comics The Walking Dead sur AMC (qui, au passage, a enregistré son record d’audience pour la season premiere le 31 octobre dernier) n’en est qu’un symptôme. Hollywood, sentant le vent tourner vers nos amis morts-vivants, l’a bien compris et a déjà sauté dans les tranchées : parmi les futures productions prévues, ne nommons que Pride and Prejudice and Zombies [1] (tiré du best-seller de Seth Grahame-Smith) pour 2011 , le très attendu 28 Months Later un peu plus tard ou encore Zombieland 2, là aussi annoncé pour l’année prochaine, qui nous permettra de retrouver un Jesse Eisenberg tout auréolé de sa réussite facebookienne.

2. Parce qu’il y a du nouveau dans la narration brainless

En création zombie, il y a l’embarras du choix. Pour sortir du lot, il faut donc trouver un moyen de se démarquer de l’histoire apocalyptique classique. La principale force et l’originalité de World War Z se trouve dans sa narration et dans la précision de son récit. L’invasion des morts-vivants est relatée, du début à la fin, à travers une suite de témoignages. Une trentaine de personnages décrivent ainsi ce qu’ils ont vécu et nous entraînent dans l’horreur de leur propre expérience, l’un après l’autre. Le médecin qui a découvert le patient zéro, le soldat de base qui a survécu au Waterloo de la Zième guerre mondiale, l’otaku japonais obligé malgré tout de quitter son nid douillet du 19e étage en mode rappel+draps noués par la fenêtre, tout y passe, du cynique au poignant, du pauvre civil démuni au général ayant dû prendre les décisions les plus inavouables. À noter que la version audio américaine du livre, interprétée par tout un panel de voix (dont celle de Mark Hamill, oh yeah), a gagné un Audie Award, et ça, c’est pas rien.

3. Parce que jamais invasion zombiesque n’a été aussi réfléchie

N’écoutez pas les rabats-joie et leur « ouiii, mais tu vois, une invasion de zombies, c’est scientifiquement impossible, les corps en décomposition, le froid, blabla ». C’EST POSSIBLE. Enfin, on y croit, là. Et c’est aussi parce que Max Brooks a l’intelligence de pousser la réflexion plus loin que la majorité des conteurs d’histoires de mangeurs de cerveau : comment réagiraient les gouvernements du monde entier ? l’armée américaine ? la Corée du Nord ? les géants pharmaceutiques ? Ha oui… On n’y avait jamais vraiment pensé finalement. Le problème Z est scruté à la loupe, abordé sous des angles politiques, culturels et moraux inédits. Et crédibles.

4. Parce que Brad Pitt prévoit d’en faire un film (avec Brad Pitt)

La messe est dite.

World War Z est un roman de Max Brooks, édité chez Three Rivers Press.

Vous pouvez l’acheter en anglais, et ici en français.


Sur le net : Lire un extrait

Notes

[1] Qui n’a pas envie de voir Natalie Portman décapiter allègrement en costume d’époque ?

4 messages


    Au moins 4 bonnes raisons de lire World War Z de Max Brooks – le 11 novembre 2010 à  00:09, par François

    Oui, mais alors... Des zombies ou des vampires, qui c’est qui gagne ? Il en parle ça, Max ?
    Hum... après réflexion, je pense que les zombies s’en tireraient haut la main pour la simple et bonne raison qu’il n’y a plus grand chose à suçer dans nos chères têtes blettes. Les vampires mourraient de faim. Fin de l’histoire.

    À lire aussi cet article et surtout le document produit (en lien ci-dessous) par des mathématiciens canadiens en mal de trucs à mettre en équation :)


    Au moins 4 bonnes raisons de lire World War Z de Max Brooks – le 11 novembre 2010 à  13:40, par marie voyelle

    huhuhu : la note écrite en minuscule tout en bas :D
    (très bon article, j’ai maintenant envie de me procurer la version audio, moi qui ai VRAIMENT peur des zombies !!)


      chouette – le 8 décembre 2010 à  15:57, par darkshore

      petite question : ton dessin de la bataille de Yonkers, tu l’as trouvé ou ? c’est qui le dessinateur ?


        Au moins 4 bonnes raisons de lire World War Z de Max Brooks – le 9 décembre 2010 à  15:00, par Astroblondie

        C’est l’illustration qui se trouve au début de mon édition du livre (américaine), et d’après la légende elle est de John Petersen !



        ARTICLES
        « PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


        L’Habitant de l’Infini : l’immortalité