Accueil du site > CMJN > Butcher Baker, une histoire tendre et virile

Portfolio

Butcher Baker #1 page 1 - Joe Casey & Mike Huddleston
Butcher Baker #1 page 2 - Joe Casey & Mike Huddleston
Butcher Baker #1 page 3 - Joe Casey & Mike Huddleston
Butcher Baker #1 page 4 - Joe Casey & Mike Huddleston
Couverture de Butcher Baker #1 - Joe Casey & Mike Huddleston
Couverture de Butcher Baker #2 - Joe Casey & Mike Huddleston
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

Butcher Baker, une histoire tendre et virile

ENFIN quelques informations sur la nouvelle série de Joe Casey et Mike Huddleston, Butcher Baker, The Righteous Maker ! Si la campagne de teasing avait des allures de mauvaises blagues, elle est aujourd’hui beaucoup plus parlante à la lumière des informations données par son dessinateur Mike Huddleston au site Newsarama. On en sait donc un peu plus sur cet ovni coloré et bien barré.

Une histoire avec des gens qui donnent et d’autres qui prennent

Butcher contre Jihad Jones - Butcher Baker {JPEG}Vendue par Image comme « un hommage surréaliste à l’uber violence », Huddleston a dû entretenir une condition de marathonien pour se mettre dans le bon état d’esprit : six pack de Four Lokos [1] au petit matin, suivi d’une douche glacée, puis une fois installé àsa table à dessino, visionnage en boucle des derniers best of d’Ultimate, mixé avec les hurlements de chiens enragés. « Et si je ne suis toujours pas en condition, j’ai un nabot allemand qui vient me jeter du sable dans les yeux en criant : “Tu n’auras chamais l’œil du Panzer !” ». On l’a compris, Huddleston met toutes les chances de son côté pour réussir à contenter ses futurs lecteurs.

Une histoire avec des dessins en couleur

Extrait - Butcher Baker {JPEG}En parcourant les premières planches, on constate que le dessinateur déploie un éventail impressionnant de styles et de procédés graphiques, une diversité qui se prête selon lui parfaitement aux scripts de Casey bourrés de scènes de drama, de sexe torrides, de courses-poursuites infernales, de bastons dantesques, etc. Pour la petite histoire, le dessinateur réalise également l’encrage, les couleurs et les couvertures.

Une histoire d’amitié virile et câline

Mike Huddleston et Joe Casey se connaissent depuis plusieurs années déjà et à chaque fois qu’ils se voyaient, ils évoquaient immanquablement la possibilité de réaliser un jour un projet ensemble. Cette fois, ils ont décidé de la boucler et de se mettre au travail.

Une histoire qui fait rire son dessinateur

White Lightning - Butcher Baker {JPEG}Au moins, ça fera un heureux ! La règle de la promotion à l’américaine veut que chaque nouveauté devienne la nouvelle référence, une truc que you never seen before, avec toute l’emphase possible et imaginable. Aussi, lorsque Huddleston a affirmé qu’il ne se rappelait pas s’être autant éclaté sur une série avant Butcher Baker, on peut se demander si tout ça est bien sincère. Interrogé à ce sujet, le dessinateur ne se démonte et confirme qu’effectivement les scripts de Joe Casey le font hurler de rire. Le challenge devient de pouvoir traduire graphiquement les délires de son scénariste. Il souligne également sa chance d’avoir pu se laisser aller à designer cet univers totalement barré. Il n’imagine d’ailleurs pas son métier autrement.


Notes

[1] jus de canneberge, jus de citron, Schnapps à la pêche, rhum

3 messages


    Butcher Baker, une histoire tendre et virile – le 17 janvier 2011 à  12:02, par Franck

    Probablement la série que j’attends avec le plus d’impatience. Vivement !


    Butcher Baker, une histoire tendre et virile – le 18 janvier 2011 à  09:25, par marie voyelle

    ça me botte bien ce truc, même si maintenant que je sais que dans l’image du header, c’est pas une sucette qui lance des éclairs mais une antenne ! :D

        » Butcher Baker, une histoire tendre et virile – le 18 janvier 2011 à  15:30, par François

        Mais si, c’est une sucette camouflée en télécommande. C’est juste qu’il doit sauver les apparences, le Butcher. Mais dès qu’on regarde ailleurs, il se fourre l’antenne dans la bouche, c’est sûr :)



      ARTICLES
      « PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


      Comtesse, comme un parfum de (...)


      Dieu et les comics : De l’existence