Accueil du site > CMJN > Commando Colonial, la guerre entre parenthèses

Portfolio

Commando Colonial tome 1 : Opération Ironclad - Apollo & Brüno
Commando Colonial tome 2 : Le Loup Gris de la Désolation - Apollo & (...)
Commando Colonial tome 3 : Fort Thélème - Apollo & Brüno
Commando Colonial tome 3 : Fort Thélème - Apollo & Brüno
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

Commando Colonial, la guerre entre parenthèses

DÉBUTÉE en septembre 2008, la série d’Appollo (La Grippe coloniale, Île Bourbon 1730, Biotope, etc.) et Brüno (Capitaine Nemo, Inner City Blues, Junk, etc.) compte depuis octobre 2010 trois tomes. À la lecture, Commando Colonial procure un sentiment inattendu de légèreté pour un thème aussi lourd et rabâché que la Seconde Guerre mondiale. De là à sombrer dans le cliché et dire que, vue des îles, la guerre adopte un tout autre rythme, il y a un pas que j’hésite à franchir. Et pourtant...

IL n’est jamais évident de bien parler de ce que l’on aime. Saisir l’essentiel d’une émotion diffuse, piégée dans l’harmonie d’une case, dans la surprise d’une réplique inattendue, n’est pas un exercice dans lequel j’excelle. Il est tellement plus facile de dire du mal... Je vais tout de même faire un effort pour cette série qui me contente à chaque tome de son ambiance unique.

Unis par la force des choses

Commando Colonial tome 1 : Opération Ironclad - Apollo & Brüno {JPEG}Le major des Forces Françaises Libres Antoine Robillard et son ordonnance, Maurice Rivière, forment notre commando. Colonial car leurs seuls points communs sont leurs origines - l’Île Maurice pour le premier, la Réunion pour le second - et la destination de leurs missions : Madagascar (tome 1 : Opération Ironclad), l’île Europa dans l’Océan Indien (tome 2 : Le Loup gris de la Désolation), ou encore le Sahara algérien (tome 3 : Fort Thélème). Pour le reste de leurs accointances, disons que la rectitude et le sens du devoir d’Antoine s’accorde tant bien mal avec la nonchalance et la mauvaise foi du soldat Rivière.

L’autre guerre

Anodines en apparences, chacune des missions de nos deux militaires révéle un pan méconnu de la Seconde Guerre mondiale. De parties de tennis dans une paisible propriété, aux abords de Diego-Suarez, au règlement de compte armé franco-britannique pour la possession de Madagascar, de la découverte imprévue d’une petite île perdue en plein canal du Mozambique et de son drôle de propriétaire à cette ballade forcée jusqu’aux îles Kerguelen aux frais de la Kriegsmarine, de ces quelques jours passés entre les murs du fort paradisiaque de Thélème à la déroute de l’Afrika Korps grâce au courage d’un seul homme, Appollo mêle petite et grande histoire avec une aisance déconcertante. Non, l’enjeu de ces missions ne renversera pas le cours de la guerre - ce dont sont bien conscients les deux héros -, mais le devoir passe avant tout. Une obligation morale, incarnée par la droiture de Robillard, et bien tempérée par le relativisme de Maurice.

Dynamic Duo

JPEGLe charme de la série tient également à la dynamique entre Robillard et Rivière, les deux personnages principaux.Leurs missions, leurs rapports hiérarchiques, leurs opinions sur les personnages rencontrés - pour la plupart hauts en couleurs -, tout est prétexte à développer entre les deux hommes une relation mêlée de respect, de cynisme, de pragmatisme et d’humour. Les lignes de caractère des deux personnages restent néanmoins suffisamment mouvantes pour éviter toute caricature. Bref, chacun se respecte, mais aucun de manque de rappeler à l’autre son rang ou son balai dans le fondement.


Sur le net : Le site de Brüno



ARTICLES
« PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


En attendant Daytripper...


Hellboy, l’écriture d’un univers