Accueil du site > CMJN > Commando Colonial, la guerre entre parenthèses

Portfolio

Commando Colonial tome 1 : Opération Ironclad - Apollo & Brüno
Commando Colonial tome 2 : Le Loup Gris de la Désolation - Apollo & (...)
Commando Colonial tome 3 : Fort Thélème - Apollo & Brüno
Commando Colonial tome 3 : Fort Thélème - Apollo & Brüno
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

Commando Colonial, la guerre entre parenthèses

DÉBUTÉE en septembre 2008, la série d’Appollo (La Grippe coloniale, Île Bourbon 1730, Biotope, etc.) et Brüno (Capitaine Nemo, Inner City Blues, Junk, etc.) compte depuis octobre 2010 trois tomes. À la lecture, Commando Colonial procure un sentiment inattendu de légèreté pour un thème aussi lourd et rabâché que la Seconde Guerre mondiale. De là à sombrer dans le cliché et dire que, vue des îles, la guerre adopte un tout autre rythme, il y a un pas que j’hésite à franchir. Et pourtant...

La guerre à visage humain

Commando Colonial tome 2 : Le Loup Gris de la Désolation - Apollo & Brüno {JPEG}Chaque mission semble ouvrir une parenthèse dans l’horreur de la guerre pour se concentrer sur des enjeux plus individuels, où parfois la résolution d’un conflit tient plus à la personnalité un peu butée des protagonistes qu’à leurs idéaux prétendus. Les liens qui unissent ces hommes et ces femmes dépassent les enjeux de chaque camps pour se confronter à l’urgence et aux ajustements du quotidien. Ainsi, un mécano un peu amoureux rejoindra de peu le mouvement nationaliste malgache quand un major des FFL fraternisera avec un officier de la Kriegsmarine à l’évocation d’Apollinaire et des éléments déchaînés. Les grands décident, mais ce sont au final les hommes sur le terrain qui agissent et s’accomodent du facteur terriblement humain de leurs situations absurdes. Et puis, il y a la mort, parfois injuste, toujours brutale, qui rappelle la guerre et donne tout leur sens aux aventures de notre commando.

Ce rapide tour d’horizon de la série serait incomplet sans saluer le dessin de Brüno. Le trait va à l’essentiel, comme le découpage qui accélère, débraye, pose les ambiances avec une efficacité remarquable. Le tout est harmonieusement mis en couleur par la palette de Laurence Croix, collaboratrice régulière sur les titres du dessinateur.


Sur le net : Le site de Brüno



ARTICLES
« PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


En attendant Daytripper...


Hellboy, l’écriture d’un univers