Accueil du site > CMJN > Comtesse, comme un parfum de livre de cul

Portfolio

Comtesse - Aude Picault
Extrait de Comtesse - Aude Picault
Extrait de Comtesse - Aude Picault
Page de réclame d'époque authentique
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

Comtesse, comme un parfum de livre de cul

AAAH, le charme de ces petits bouquins au papier jauni et taché, trouvés dans les cartons d’un grenier familial, par une chaude après-midi d’ét... Hum, enfin... c’est juste une mise en situation pour introd... présenter l’article, hein ! Alors là, très peu pour moi, les greniers ! Et les livres de cul ? Paah ! Ceci dit, si je devais en ouvrir un, un jour, ce seraient ceux des Requins Marteaux ! Ça oui. Alors, arrêtez de me regarder comme ça. Merci.

CES petits bouquins ont tout pour eux : un sujet en or, une maquette bien sentie, un logo designé par Marc Dorcel et des auteurs d’expériences (en bande dessinée aussi...). Vendus sous blister, enrobés de leur mignon bandeau « Interdits aux puceaux de moins de 18 ans », cette collection BD CUL n’a pas peur de se couper d’un lectorat acnéïque qui, de toute façon, trouvera bien un moyen de se le procurer et de parcourir d’une main fébrile la petite centaine de pages de l’ouvrage licencieux, l’autre main faisant Dieu sait quoi. Les Requins Marteaux proposent donc une alternative originale aux rééditions des classiques du genre qui fleurissent un peu partout et qui, à mon sens, ne manquaient à personne.

Si vous avez raté le début...

JPEGComtesse présente la triste vie tragique d’une héroïne prisonnière de son désir et délaissée par un amant visiblement peu concerné par les tourments de la belle. En l’absence de son mari, l’ingénue s’occupe donc avec ce qu’elle a sous la main : les petites gens à son service. De mains en mains, elle explore les territoires chauds et érectiles qui occupent ses horizons.

3 minutes 30 de plaisir

Bon, pour ne rien gâcher de l’« intrigue », on peut seulement dire que les goulus mâles curieux resteront sans doute sur leur faim. Le trait d’Aude Picault (Moi Je, Transat, etc.) est délectable et suggère le strict nécessaire pour lancer l’imagination de ses lectrices au triple galop sur les champs voluptueux de péninsules érotiques, sauvages, oblongues et débridées, aux mille et une... ah... euh.... Le lecteur, lui, restera à quai et passera rapidement d’une page à l’autre, à la recherche, hagard, de la scène qui lui réveillera les chairs...

JPEGSi vous pensiez retrouver les émois de vos premiers pornos, c’est donc un peu raté, mais ne partez pas tout de suite. Posez cette boîte de Kleenex et prenez le temps de découvrir une expérimentation graphique, parfois assez déconcertante, sur le thème du libertinage. Pour ma part, si je suis resté de marbre à sa lecture (moi, le cul, vous savez...), mes yeux n’en ont pas raté une miette. La finesse du dessin (et des pubs !) mérite à lui seul l’achat, et procure en même temps une excuse imparable pour acheter un livre de cul (de plus). Et pour ceux dont les mains se baladeront distraitement sur la couverture, vous trouverez quelques régions rebondies juste ce qu’il faut. Bref, tout ce que ce bouquin mérite, c’est de terminer sa vie au fin fond d’un grenier familial... La meilleure façon pour lui d’être redécouvert comme le petit trésor qu’il est.

La collection BD CUL compte aujourd’hui deux ouvrages : Comtesse, de Aude Picault, et La Planète des Vulves, de Hugues Micol, et devrait accueillir prochainement Blutch, Killoffer et Nine Antico.

PS : petit bémol tout de même pour ces jolies double-pages impossibles à ouvrir complètement (dû au format broché), à moins de violemment plaquer le bouquin au sol d’un coup de pied dominateur pour lui écarter les pages. Remarquez, l’expérience était intéressante.


4 messages


    Clap, clap ! – le 5 janvier 2011 à  22:02, par Franck

    Entre tes articles bien pensés, tels que ceux qui précèdent, et cette petite gourmandise, ton site est vraiment une perle. Ne lâche rien !

      » Clap, clap ! – le 7 janvier 2011 à  16:26, par François

      Hello Franck,
      Merci pour ton commentaire. Entendu, je vais continuer dans cette voie :)


      Comtesse, comme un parfum de livre de cul – le 6 janvier 2011 à  09:55, par marie voyelle

      ah tiens, j’ai un « le saviez-vous » ?
      donc : « le saviez-vous ? A la base, une partie de cette histoire était sur un site/blog collectif, updaté hyper régulièrement, avec tout plein de gens qui dessinaient des trucs chouettes. C’était un peu »the place to be« . »
      Je t’aurais bien mis le lien mais ça bloquerait mon ordi au boulot (gyrophare et alarme en option : « HUIIIIIHUIIIIIHUIII Alerte, vous essayez d’accéder à un contenu inapproprié », tout ça, tout ça...).
      Mais ça doit être trouvable en tapant bdcul.com ou .fr dans un moteur de recherche (oui, je suis un peu une pro de l’interweb....).

          » Comtesse, comme un parfum de livre de cul – le 7 janvier 2011 à  16:45, par François

          Merci pour l’info :) Ah, les ressources inépuisables de la blogosphère ;)
          Pour avoir essayé de retrouver la trace du blog depuis une entreprise un peu plus libérale sur l’utilisation du net, je confirme que bdcul.com n’existe plus.
          Ah, et je viens d’apprendre qu’Hugues Micol (La Planète des Vulves) sortait un nouvel album chez Futuro : Le Chien dans la vallée de Chambara, et j’ai aussi découvert qu’il était aussi le dessinateur du très pénible Terre de Feu de David B.
          Quoi, aucun rapport ?



        ARTICLES
        « PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


        Dieu et les comics : De l’existence


        Butcher Baker, une histoire (...)