Accueil du site > CMJN > Criminal, de l’encre et du plomb

Portfolio

Planche 1
Planche 2
Planche 3
Planche 4
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

Criminal, de l’encre et du plomb

RÉCOMPENSÉ en 2007 par l’Eisner Award de la Meilleure Nouvelle Série, Criminal est devenu la référence polar qu’il manquait au comics, et le genre de titre à conseiller les yeux fermés aux réfractaires. Une maîtrise de la narration rare, des héros pitoyables, un graphisme « habité »... Avec cette série, Brubaker et Phillips lâchent un joli pavé dans la vitrine de la société américaine.

Libéré de toute obligation familiale depuis le meurtre de son petit frère, Tracy va néanmoins faire escale pour les fêtes, histoire de se rappeler au bon souvenir de certains.Sa mission est simple : découvrir les assassins de son petit frère, entraîné dans la grande délinquance par leurs amis d’enfance communs. Sa méthode : intégrer les rangs de Sebastian Hyde, le parrain local, gagner la confiance de ses hommes et leur faire payer cette dette de sang. Il lui faudra cependant renouer avec le Milieu et ses sirènes, des maîtresses qu’il avait réussi à fuir... À noter que dans cette descente aux enfers, Tracy croisera la route d’un certain Leo, victime de ses choix récents.

Destins croisés

Morts en sursis (The Dead and the Dying — 2008) est le troisième chapitre de la série et, comme pour casser un schéma tranquille, Brubaker choisit de nous faire partager les vies croisées de trois personnages. 1972. Jake « La Grogne » Brown n’est pas encore le patron boiteux de l’Undertow et c’est fièrement qu’il parade sous les projecteurs des rings de boxe. Entre deux matchs, il rend service à son meilleur ami, Sebastian Hyde, baron du crime en devenir, en dessoudant les mauvais payeurs... Teegar Lawless, père de Tracy, débarque quant à lui du Vietnam avec pour seules compétences son sang-froid et sa déconcertante facilité à flinguer. Point d’achoppe de ces destins : Danica, femme fatale, manipulatrice et véritable tragédie vivante.

Plus belle la nuit

Putain de nuit ! (Bad Night — 2009) s’intéresse sans doute au personnage le plus anecdotique de la série : Jacob Kurtz, le dessinateur du strip Frank Kafka, Détective privé. [1] Il y a quelques années, Jacob vivait heureux, en famille, marié à la magnifique nièce de Sebastian Hyde, après avoir échappé à une existence promise au crime et à la violence. Une enquête policière l’accusant du meurtre de sa femme va cependant mettre un terme à ce rêve éveillé. Depuis ces événements, Jacob n’est plus que l’ombre de lui-même.


Sur le net : Extrait du tome 1

Notes

[1] Un strip déjà croisé dans les précédents tomes.



ARTICLES
« PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


Scalped : bien dégagé derrière les (...)


Beasts of Burden, la ligue canine