Accueil du site > dB > Danger Days : My Chemical Romance à La Cigale

Portfolio

My Chemical Roman - World Contamination Tour (Affiche France)
My Chemical Roman - World Contamination Tour (Affiche Angleterre)
My Chemical Roman - World Contamination Tour (Affiche Allemagne)
My Chemical Roman - World Contamination Tour (Affiche Ecosse)
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

Danger Days : My Chemical Romance à La Cigale

LUNDI 1er novembre se tenait l’unique date française de la tournée « Danger Days » de My Chemical Romance, à La Cigale. Grand amateur... non, passionné obsessionnel de la série Umbrella Academy — dont Gerard Way est le scénariste —, j’étais curieux de découvrir la performance du groupe sur scène. Ben, j’ai vu.

LORSQUE mes amis m’ont proposé d’aller au concert de My Chemical Romance, je n’ai même pas réfléchi. Lorsque j’ai vu le prix du billet, je n’ai pas même pas réfléchi. Lorsque j’y étais, en chouette compagnie, même coincé derrière les rangées de parents accompagnateurs, je n’ai toujours pas réfléchi. Aujourd’hui, j’ai compris que j’avais 30 ans, et surtout, j’ai appris des trucs.

Y’a pas d’âge pour se prendre une claque

Première leçon retenue : arriver un peu en avance car le... la jeune, elle, est là depuis la veille. Et la jeune est plein ! Je ne dis pas « camper la veille », mais se pointer au moins une heure avant vous évitera de passer le concert à jouer le sniper à la recherche de l’angle qui vous permettra d’apercevoir la scène. La deuxième leçon, que je soupçonnais déjà : s’attendre à prendre un petit coup de vieux (couché !... Vilain pépé). On rigole, mais passé un âge, c’est moins évident d’encaisser. J’avais bien déjà expérimenté une plongée en milieu acnéique aux concerts de The Hoosiers et de The Kooks (ouais, chuis pop)... et, au final, ça m’avait plutôt amusé d’être rangé du côté des papas. Avoir du recul sur la question aidera à mieux apprécier le concert (et la vie tout court, remarque). Troisième leçon (utile pour tout type de concert) : RÉ-VI-SER. Même les albums qu’on aime moins (surtout ceux-là en fait). C’est toujours plus agréable que de faire du yaourt en attendant de raccrocher les wagons au prochain titre.

La première partie s’achève (carrée, dansante, française, pas vraiment originale et totalement inconnue de moi... ce qui, vu les fans hardcorettes, m’a un peu rassuré. Je ne peux pas cumuler tous les groupes honteux à moi seul).

Expectations

Ce que j’attends du concert : une plongée dans l’univers bien barré du prochain album, intitulé Danger Days : The True Lives of the Fabulous Killjoys. Un genre d’invasion visuelle, digne de ces groupes qui baladent leur imaginaire avec leurs amplis. Après avoir vu le premier single — Na Na Na (Na Na Na Na Na Na Na Na Na) —, je n’ai pu m’empêcher de voir dans ces costumes et ces grosses têtes une référence aux deux tueurs psychopathes Hazel & Cha-Cha d’Umbrella Academy. [1]


My Chemical Romance Na Na Na

J’attendais sur scène de la couleur, du chanteur en slip et en patins à roulettes, du pistolet à rayon liquide, des musiciens shootés au sucre et à la tarte aux pommes.


Notes

[1] promis, je vais limiter les références à ce comics exceptionnel, mais si vous ne le connaissez pas, et que vous avez bon goût, foncez !



ARTICLES
« PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


Skate : la vautre en chantant