Accueil du site > CMJN > Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - (...)

Portfolio

75 Years of DC Comics - Editions Taschen
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - 1re partie

QUELLE serait l’utilité de Dieu dans un monde de super-héros ? Cette interrogation somme toute basique, piochée au hasard dans le sac des questions qui vous promettent de belles nuits blanches, m’a amené à me questionner sur la remarquable absence de Dieu dans les univers Marvel et DC.

Superman est-il Dieu ?

Superman par Joe Shuster - Action Comics #1 (1932) {JPEG}Bon, la question est un peu abrupte, mais confrontons le plus emblématique des super-héros à notre définition de Dieu. Superman est fort, très fort. À vrai dire, je ne me rappelle pas lui avoir connu de limites en matière de puissance physique. Ensuite, Superman est d’une intelligence hautement supérieure à la normale. Ne serait-ce que pour assimiler en quelques fractions de secondes les conséquences de ses pouvoirs sur notre faible condition de mortelle (il ne risquera pas de vous déchirer l’abdomen d’une simple tape dans le dos). Il possède également une connaissance quasi-exhaustive de notre biosphère. Superman parcourt la planète et secoure autant d’innocents que sa perception le lui permet. On a donc là un bel exemple d’interventionnisme. De plus, s’il a effectivement vieilli, Superman ne semble plus vraiment affecté par la course du temps. Son immortalité de ce point de vue semble acquise. Superman est unique, ou seul. C’est sans doute le lot de ces quelques êtres exceptionnels et la raison d’être de sa forteresse de solitude. Superman est indestructible... Hum, ma connaissance du personne a beau de pas être totale, il me semble que notre héros est totalement vulnérable à la kryptonite. Dieu, lui, ne saurait tolérer cette faille. Ce seul défaut dans la cuirasse bleuté de notre fier protecteur suffit à le disqualifier de notre course au statut divin. Il faut se faire une raison : Superman n’a pas la carrure d’un Dieu, même s’il s’en approche.

Les panthéons antiques

Thor par Jack Kirby {JPEG}Intéressons-nous maintenant aux premier héros dont les exploits ont posé les fondations de notre civilisation actuelle : les panthéons antiques. On dénombre effectivement bon nombre de représentants des divers panthéons parmi nos héros : Hercules, Wonder Woman (pour les dieux grecs), Odin, Thor, Loki, etc. (pour les dieux nordiques), Moon Knight (pour les mythes égyptiens). Cependant, la nature querelleuse et au final très humaine de ces dieux leur ôte, à mon sens, tout espoir de prendre la place du Saint Père, unique, omni-présent, omniscient, etc. Tout au plus trouvent-ils plus certainement leur place en qualité de premiers super-héros de l’humanité, même si l’origine de leurs pouvoirs (divine, vraiment ?) n’a a priori rien à voir avec celle de nos héros contemporains.


4 messages


    Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - 1re partie – le 3 janvier 2011 à  16:09, par emmanuel

    Et bien voilà un article ambitieux, j’attends la suite avec impatience pour me faire une idée.

        » Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - 1re partie – le 9 janvier 2011 à  03:39, par François

        Hello Emmanuel,
        Je viens juste de mettre au propre la seconde partie de l’article. L’explication des causes possibles de l’absence de Dieu chez les super-héros est, je pense, plus intéressante que le simple constat/inventaire de cette première partie. Tu m’en diras des nouvelles :)

          » Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - 1re partie – le 17 janvier 2011 à  14:56, par Emmanuel

          Yellow,
          oui je viens de voir tout ça, j’ai beaucoup d’articles à rattraper !
          Tout ça me semble passionnant.
          Je m’en vais lire ta prose cher François !


          In fact the winner is... – le 28 janvier 2011 à  17:35, par Stockman

          Mieux que le tribunal vivant, à mes yeux le Beyonder frôle la première marche du podium.
          Omnipotent, omniscient et invulnérable, il est aussi créateur ( crée un monde à partir de rien dans les guerres secrètes).
          Il est vulnérable quand il tente de prendre incarnation humaine et c’est là, la seule faille à sa carapace démiurgique. L’omnipotence aurait du le préserver d’une telle déconvenue...



          ARTICLES
          « PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


          Hellboy, l’écriture d’un univers


          Comtesse, comme un parfum de (...)