Accueil du site > CMJN > Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - (...)

Portfolio

75 Years of DC Comics - Editions Taschen
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - 1re partie

QUELLE serait l’utilité de Dieu dans un monde de super-héros ? Cette interrogation somme toute basique, piochée au hasard dans le sac des questions qui vous promettent de belles nuits blanches, m’a amené à me questionner sur la remarquable absence de Dieu dans les univers Marvel et DC.

Les entités supra-héroïques

Le Gardien Uatu {JPEG}Tournons-nous maintenant vers les entités supra-héroïques qui occupent l’espace infini des univers Marvel et DC et qui, par-delà les arches gothiques de Gotham City se livrent leurs luttes titanesques. Au rang de ces entités supérieures, le premier à me venir à l’esprit est Uatu, le Gardien. Présent depuis la nuit des temps, il a pour rôle d’observer sans jamais intervenir ; ce qu’il fera néanmoins lorsque Galactus menacera la Terre. Totalement passif (en théorie), sa mission semble assez éloignée de celle de Dieu. De plus, cette posture écarte toute dimension créatrice. On apprend également qu’il existe d’autres Gardiens Beaucoup de détails qui écarte ce gros bébé chauve du podium divin. En parlant de Galactus, le Dévoreur de monde, son statut de titan et le fait qu’il possède un héraut, comme Dieu ses archanges, pourrait le rapprocher de notre définition divine. Reste que là encore, la fonction de créateur est au cœur de sa disqualification puisqu’au lieu de créer, Galactus n’a jamais fait que détruire.

And the winner is...

Néanmoins, avec Galactus, peut-être tenons nous une piste qui nous mènerait tout droit au Tribunal Vivant. Le Tribunal Vivant {JPEG}Titan à la peau doré et aux visages multiples, il serait composé de quatre identités distinctes, chacune régissant un rôle bien particuliers : Équité, Vengeance et Nécessité. Sa quatrième face représentant le Vide. Galactus serait l’une de ces quatre faces, tout comme l’Éternité et la Mort, amante du puissant Thanos. La quatrième face serait en réalité attribuée à l’Étranger, un autre individu supra-héroïque qui, après quelques expérimentations sur un échantillon de mutants prélevé sur la Terre (Magneto et le Crapaud pour ne pas les citer) en conclut à la nature nuisible de l’homme et entrepris sa destruction. Il sera convaincu du contraire par Hulk et le Surfeur d’Argent.

Si le cas du Tribunal Vivant semble se rapprocher le plus de la définition de Dieu, sa nature schizophrène et surtout le fait qu’il en réfère à une entité supérieure (le fameux One-Above-All [2]) dont je parlerai dans la deuxième partie de cet article, m’empêche toutefois de lui accorder la palme. Laissons-le quand même grimper sur la deuxième marche du podium.


Notes

[2] voir Warlock and the Infinity Watch #1 (Feb. 1992)

4 messages


    Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - 1re partie – le 3 janvier 2011 à  16:09, par emmanuel

    Et bien voilà un article ambitieux, j’attends la suite avec impatience pour me faire une idée.

        » Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - 1re partie – le 9 janvier 2011 à  03:39, par François

        Hello Emmanuel,
        Je viens juste de mettre au propre la seconde partie de l’article. L’explication des causes possibles de l’absence de Dieu chez les super-héros est, je pense, plus intéressante que le simple constat/inventaire de cette première partie. Tu m’en diras des nouvelles :)

          » Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - 1re partie – le 17 janvier 2011 à  14:56, par Emmanuel

          Yellow,
          oui je viens de voir tout ça, j’ai beaucoup d’articles à rattraper !
          Tout ça me semble passionnant.
          Je m’en vais lire ta prose cher François !


          In fact the winner is... – le 28 janvier 2011 à  17:35, par Stockman

          Mieux que le tribunal vivant, à mes yeux le Beyonder frôle la première marche du podium.
          Omnipotent, omniscient et invulnérable, il est aussi créateur ( crée un monde à partir de rien dans les guerres secrètes).
          Il est vulnérable quand il tente de prendre incarnation humaine et c’est là, la seule faille à sa carapace démiurgique. L’omnipotence aurait du le préserver d’une telle déconvenue...



          ARTICLES
          « PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


          Hellboy, l’écriture d’un univers


          Comtesse, comme un parfum de (...)