Accueil du site > CMJN > Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - (...)

Portfolio

75 Years of DC Comics - Editions Taschen
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - 1re partie

QUELLE serait l’utilité de Dieu dans un monde de super-héros ? Cette interrogation somme toute basique, piochée au hasard dans le sac des questions qui vous promettent de belles nuits blanches, m’a amené à me questionner sur la remarquable absence de Dieu dans les univers Marvel et DC.

Mephisto, l’usurpateur

Mephisto {JPEG}Reste le cas problématique de Méphisto. Son existence implique nécessairement celle de son Créateur et éternel antagoniste : Dieu. Reste que s’il se révèle habile à manipuler les mortels, ce Diable n’a jamais vraiment semblé posséder les moyens de ses ambitions. Ambitions pour le moins discrètes si l’on en juge par son importance mineure dans l’univers Marvel et la menace toute relative qu’il symbolisa contre les 4 Fantastiques, ou lors d’un crossover Image/Marvel, pour ne citer que quelques exemples. Bref, ce diablotin laisse plutôt l’image d’un usurpateur que celle d’un ange déchu de quelque paradis.

La nécessité cartésienne de l’existence de Dieu...

René Descartes par Frans Hals {JPEG}Si aucun des personnages évoqués plus haut ne semble à la hauteur du statut divin - le Tribunal Vivant mis à part -, doit-on pour autant conclure à l’absence de Dieu dans un monde de super-héros ? Si l’existence d’une chose peut se définir par son utilité, la place de Dieu n’est évidemment pas assurée dès lors qu’une cohorte de super-justiciers s’affairent à remplir ses fonctions de protecteur et de guide de l’humanité. En suivant cette idée, on peut toutefois se tourner vers Descartes et sa preuve de l’existence de Dieu. En substance, Descartes, dans ses Méditations Métaphysiques, prouve l’existence de Dieu de la manière suivante : Dieu est un être infini, parfait, sans limites, dont les capacités et les dimensions dépassent l’entendement humain. Or, comment l’homme, être fini contrairement à Dieu (c’est-à-dire limité dans sa perception, dans son action, etc.), a-t-il seulement pu concevoir le concept même d’infini ? Autrement dit, si l’homme ne peut-être l’auteur de l’idée de perfection, elle lui a été dictée par quelqu’un/quelque chose d’autre, à savoir Dieu.

... appliquée au monde des super-héros

Par analogie, on peut s’amuser à appliquer ce raisonnement au petit peuple des super-héros. Ainsi si aucun personnage ne détient à lui seul l’ensemble des caractéristiques qui ferait de lui l’égal de Dieu, la somme de ses pouvoirs divins pourrait très bien se trouver fragmentée et introduite dans la nature de certains hommes ainsi transformés en super-héros, preuve vivante d’une perfection, d’un infini possible en leur sein. De plus, la somme de ces pouvoirs, et de leurs détenteurs, pourrait représenter en quelque sorte la preuve vivante et complète de Dieu dans ce monde de super-héros. Comme s’Il avait distillé sa perfection dans la nature de certains « élus », chargés dès lors de jouer un rôle dans leur univers, avec néanmoins ce libre-arbitre qui les définira comme justicier ou criminel. En résumé, l’existence même des super-pouvoirs serait une métaphore de l’idée d’infini, de perfection placée en l’homme par Dieu. C’est une proposition qui en vaut une autre.

On peut tout de même se poser la question de la frilosité des comics à aborder la question religieuse dans les aventures de leurs héros. Je proposerai un début de réponse dans la deuxième partie de cet article ; début de réponse qui remontera au Golden Age, l’âge d’or de la création de ces super-personnages.


4 messages


    Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - 1re partie – le 3 janvier 2011 à  16:09, par emmanuel

    Et bien voilà un article ambitieux, j’attends la suite avec impatience pour me faire une idée.

        » Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - 1re partie – le 9 janvier 2011 à  03:39, par François

        Hello Emmanuel,
        Je viens juste de mettre au propre la seconde partie de l’article. L’explication des causes possibles de l’absence de Dieu chez les super-héros est, je pense, plus intéressante que le simple constat/inventaire de cette première partie. Tu m’en diras des nouvelles :)

          » Dieu et les comics : De l’existence de Dieu dans un monde de super-héros - 1re partie – le 17 janvier 2011 à  14:56, par Emmanuel

          Yellow,
          oui je viens de voir tout ça, j’ai beaucoup d’articles à rattraper !
          Tout ça me semble passionnant.
          Je m’en vais lire ta prose cher François !


          In fact the winner is... – le 28 janvier 2011 à  17:35, par Stockman

          Mieux que le tribunal vivant, à mes yeux le Beyonder frôle la première marche du podium.
          Omnipotent, omniscient et invulnérable, il est aussi créateur ( crée un monde à partir de rien dans les guerres secrètes).
          Il est vulnérable quand il tente de prendre incarnation humaine et c’est là, la seule faille à sa carapace démiurgique. L’omnipotence aurait du le préserver d’une telle déconvenue...



          ARTICLES
          « PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


          Hellboy, l’écriture d’un univers


          Comtesse, comme un parfum de (...)