Accueil du site > N&B > John Paul Leon, l’héritage d’Alex Toth

Portfolio

Torpedo - Alex Toth
The Winter Men #2 - John Paul Leon
The Winter Men #4 - John Paul Leon
The Winter Men #4 - John Paul Leon
Kris Kalenov The Winter Men - John Paul Leon
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

John Paul Leon, l’héritage d’Alex Toth

RENCONTRE impromptue avec John Paul Leon au détour de quelques questions posées par mails à propos de ses influences - Alex Toth en tête - et de son métier de dessinateur. John Paul Leon a travaillé sur Challengers of the Unknown, Earth X, The Winter Men, a participé à quelques épisodes de Hellblazer, DMZ, Scalped, Sandman Mystery Theater, et travaille actuellement sur Batman : Creature of Night, sur un scénario de Kurt Busiek.

Parmi les Maîtres qui vous ont donner l’envie de dessiner et de raconter des histoires, si vous aviez à présenter l’un d’entre eux à un jeune lecteur (ou un neophyte en comics), lequel choisiriez-vous et pour quelles raisons ?

Alex Toth - autoportrait {JPEG} Alex Toth. Pour l’économie de sa narration, la fausse simplicité de son style et la beauté dramatique de la construction de ses planches. Pas un seul trait n’est perdu. Il y a, dans les meilleurs travaux d’Alex Toth, une fusion de tout ce qui peut être intellectuel, émotionnel et physique dans le dessin, la narration et le design. L’équilibre de toutes ces forces délivre une énergie qui s’étend au-delà des besoins même du scénario. Vous pourriez regarder ses planches à l’envers qu’elles garderaient toute leur puissance et leur beauté.
Cela paraît peut-être prétentieux pour des personnes qui n’y voient « que du comics » - et je ne voudrais me mettre personne à dos -, mais Toth est un artiste exceptionnellement accessible. Il faudrait être de mauvaise foi pour ne pas réaliser qu’il est bien plus qu’un autre de ces dessinateurs exécutant le dessin que l’on attend pour un scénario.
J’ai connu son travail pour la première fois lorsque je dessinais Static pour Milestone, en 1993. Denys Cowan m’a fait lire son travail sur Torpedo (1936). La simplicité et l’intensité dramatique m’ont tout de suite envoûté. Plus j’étudiais ses dessins, plus je prenais conscience de ce qu’il y avait derrière son trait, ses alternances de noir & blanc et l’enchaînement « basique » des cases de ses planches. Je recommenderais Toth à tout jeune lecteur ou jeune dessinateur.

À propos de Toth, avez-vous en tête un de ses dessins qui vous fascine encore aujourd’hui ? Ou bien un de ses comics auquel vous vous référez encore ? Depuis les Torpedo de 1936, peut-être avez-vous découvert une de ses œuvres qui vous a encore plus frappé ?
Zorro - Alex Toth {JPEG}Il existe énormément de travaux remarquables chez Toth. Prenez les classiques comme Zorro. Ces histoires sont saisissantes pour la fluidité narrative et l’accessibilité de son dessin, d’autant plus exceptionnelles quand vous saviez la vitesse à laquelle il a dû expédier certaines de ces histoires. The Crushed Gardenia et OoLaLa !! restent parmi mes meilleurs souvenirs de lecture. Je suis toujours aussi frappé lorsque j’ouvre Alex Toth : By Design, publié il y a déjà quelques années. C’est un recueil de ses travaux d’animation et storyboards. Une expérience inoubliable.




ARTICLES
« PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


L’Habitant de l’Infini : l’immortalité


Sean Murphy, entre Joe the Barbarian