Accueil du site > N&B > John Paul Leon, l’héritage d’Alex Toth

Portfolio

Torpedo - Alex Toth
The Winter Men #2 - John Paul Leon
The Winter Men #4 - John Paul Leon
The Winter Men #4 - John Paul Leon
Kris Kalenov The Winter Men - John Paul Leon
JPEG - 189.2 ko
The Winter Men #2 - John Paul Leon
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

John Paul Leon, l’héritage d’Alex Toth

RENCONTRE impromptue avec John Paul Leon au détour de quelques questions posées par mails à propos de ses influences - Alex Toth en tête - et de son métier de dessinateur. John Paul Leon a travaillé sur Challengers of the Unknown, Earth X, The Winter Men, a participé à quelques épisodes de Hellblazer, DMZ, Scalped, Sandman Mystery Theater, et travaille actuellement sur Batman : Creature of Night, sur un scénario de Kurt Busiek.

J’ai lu que Toth était inquiet à propos de la voie prise par le comics ces dernières années. En tant qu’artiste travaillant actuellement pour DC Comics, comprenez-vous son point de vue ? Le partagez-vous ?
En fait, c’est assez difficile pour moi de répondre à cette question. Je dois avouer que je ne suis pas vraiment l’actualité du comics. Aussi, je me vois mal donner mon avis sur la qualité actuelle du média. Ceci dit, je remarque, lorsque je me rends aux conventions, chez le libraire, à travers les TPB DC, et aussi lors d’un récent cours donné à la SCAD [1] que la mode tendait vers plus de réalisme. Je pense que c’est assez sain. Les dessinateurs se mettent à étudier leurs congénères humains dans de véritables situations. Ça me semble être une très bonne chose. Les résultats sont parfois ennuyeux, hardus, trop photoréalistes, mais cela permet une élévation générale du niveau artistique. C’est une bonne chose, même si le réalisme en soi peut être une voie sans issue. L’avenir nous le dira.

The Winter Men #2 - John Paul Leon {JPEG}À ce sujet, considérez-vous votre style comme réaliste ? Dans la façon dont vous saisissez les expressions, les postures, le mouvement...
Pour ma part, j’essaie de dessiner et de raconter des histoires que je trouve moi-même crédibles. Même s’il arrive encore que des super-héros volettent par-ci par-là ! Je fais du mieux que je peux, ce qui parfois signifie abandonner ce que l’on considère comme réaliste. Quoiqu’il en soit, que vous le vouliez ou non, tout ceci n’est jamais qu’un peu d’encre sur du papier. Les efforts pour tendre vers ce que l’on appelle la fameuse « main invisible » sont louables, mais tout cela est vain à mon sens car l’interprétation de l’auteur est quelque chose d’inévitable. Picasso disait qu’il n’avait jamais peint quoique ce soit d’abstrait, mais qu’il peignait la réalité telle qu’il la voyait... C’était son interprétation du « naturalisme » ! « Peignez les choses aussi fidèlement que vous en êtes capables » ! Nous prenons des photos de la réalité, mais elles sont pas la réalité. La seule façon de comprendre votre propre réalité est de dessiner la vie qui vous entoure et de vous battre avec les objets réels. Le combat qui vous mène de la simple vue à son empreinte sur le papier est le processus artistique le plus basique et le plus excitant pour moi.

Toth mis à part, avez-vous des références comme Rembrandt (pour son clair-obscur), Géricault, Corot (l’un des fondateurs du mouvement réaliste) ou peut-être un artiste contemporain ?
Parmi les dessinateurs de comics, la liste est infinie... Sickles, Eisner, Simonson, Miller, Garcia Lopez, Zaffino, Mignola, Munoz, Mazzuchelli... Il y a trop de noms pour que ma mémoire puisse tous les retenir ! Du côté des illustrateurs : Briggs, Fuchs, Fawcett, Thony, Weaver... et Jack Potter, j’ai beaucoup appris à son contact. Les peintres que j’admire maintenant... Il y en a tellement. Parmi eux, ceux que vous venez de citer, bien sûr. Une petite remarque concernant Van Gogh. Je crois qu’il est un artiste véritablement méconnu.


Notes

[1] The Savannah College of Art and Design



ARTICLES
« PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


L’Habitant de l’Infini : l’immortalité


Sean Murphy, entre Joe the Barbarian