Accueil du site > N&B > L’Habitant de l’Infini : l’immortalité illustrée

Portfolio

Blade of the Immortal vol.2 - Hiroaki Samura
Blade of the Immortal vol.2 - Hiroaki Samura
Blade of the Immortal vol.2 - Hiroaki Samura
Blade of the Immortal vol.2 - Hiroaki Samura
Blade of the Immortal vol.2 - Hiroaki Samura
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

L’Habitant de l’Infini : l’immortalité illustrée

L’HABITANT de l’Infini tient autant du récit initiatique que de la démonstration graphique. En plein Japon féodal, Hiroaki Samura dépeint le récit d’une vengeance ordinaire, sur fond d’une ère Edo hyperviolente. Et même si la dissolution progressive de la trame initiale peut rapidement perdre le lecteur, on reste fasciné par cette fresque aux mille et un personnages qui a su développer en filigrane une réflexion inédite sur l’immortalité.

LA série de Samura est sans doute l’une des plus marquantes de sa génération, visuellement du moins. Car si elle déchaîne l’adhésion quasi-viscérale de ses lecteurs, elle est également une des oeuvres les plus difficiles à cerner. Shonen, seinen, délire graphique d’un virtuose en pleine improvisation... Il est vrai qu’après 25 tomes, on pouvait se demander si ce n’était pas l’immortalité du lectorat qui était testée. Blague à part, l’auteur a développé son odyssée sur les bases d’une réflexion qui, si elle a depuis été ensevelie sous les corps des centaines de victimes de Manji, n’en reste pas moins originale.

Le récit d’une vengeance ordinaire

Les règles du combat à l’arme blanche sont un élément essentiel du code du samouraï. Aussi, le combattant qui prétend défendre son shogun ne devra jamais employer d’autre lame que celle dans laquelle il a choisi de se spécialiser. S’il désobéit à cette règle, il sera réprouvé et rejeté du reste de la société. Manji, l’Homme aux douze lames, est de ceux-là. Immortel après s’être fait inoculer le Kessenchû, un parasite régénérateur, il erre en quête de rédemption pour cent innocents massacrés, et ne trouvera le repos que lorsque mille scélérats seront passés par sa lame. En souvenir de sa soeur, morte accidentellement, il accepte de mettre son sabre au service de la noble vengeance de Lin.

Lin est une jeune fille dévorée par la haine. Son père, dépositaire de l’école Muten Itchiryû, paya de sa vie ses erreurs passées et dû affronter la colère de membres dissidents de son clan, emmenés par le jeune Kagehisa Anotsu, représentant de l’école du Ittō-ryū. Lui et sa femme sont massacrés sous les yeux de leur fille. C’est pour se venger de cet homme et de ses disciples que Lin engage Manji.

Ceci n’est pas un shonen

L’Habitant de l’infini est l’œuvre majeure d’Hiroaki Samura. Plus que la violence et le sang qui marquent la première lecture, ce manga parvient, à travers son « héros » Manji à établir une réflexion intéressante sur l’immortalité. Mettre en scène l’immortalité peut rapidement s’avérer périlleux. Quoi de plus pénible que de suivre les aventures d’un héros dont on sait qu’il triomphera toujours de ses mortels ennemis ?




ARTICLES
« PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


Au moins 4 bonnes raisons de (...)


John Paul Leon, l’héritage d’Alex (...)