Accueil du site > N&B > L’Habitant de l’Infini : l’immortalité illustrée

Portfolio

Blade of the Immortal vol.2 - Hiroaki Samura
Blade of the Immortal vol.2 - Hiroaki Samura
Blade of the Immortal vol.2 - Hiroaki Samura
Blade of the Immortal vol.2 - Hiroaki Samura
Blade of the Immortal vol.2 - Hiroaki Samura
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

L’Habitant de l’Infini : l’immortalité illustrée

L’HABITANT de l’Infini tient autant du récit initiatique que de la démonstration graphique. En plein Japon féodal, Hiroaki Samura dépeint le récit d’une vengeance ordinaire, sur fond d’une ère Edo hyperviolente. Et même si la dissolution progressive de la trame initiale peut rapidement perdre le lecteur, on reste fasciné par cette fresque aux mille et un personnages qui a su développer en filigrane une réflexion inédite sur l’immortalité.

Pour parvenir à ses fins, Shizuma propose une alliance à Manji, qu’il décline, même lorsque la vie de Lin, enlevée par Shizuma, sera en jeu. Manji triomphera sans mal de son adversaire qui, ses rêves de grandeurs déçus, n’aspirera visiblement plus q’à une seule chose : mettre un terme à son éternité.Malgré les actes de Shizuma, Lin insistera pour enterrer son kidnappeur, non sans revenir sur la détresse et la solitude qu’il lui inspira lors de leurs quelques échanges. Ce guerrier, malgré ses deux siècles d’existence, n’aura jamais pu se réaliser pleinement ou ne serait-ce qu’effleurer le génie d’autres sabreurs, pourtant mortels. « Certains vivent sans atteindre leur but et les immortels vivent longtemps en sachant qu’ils ne l’atteindront jamais... Qui est le plus malheureux ? », demandera-t-elle à Manji. L’éternité devient alors une prison où le temps perd toute signification et la vie son sens.

Manji, Shizuma, et quelques autres hôtes de l’éternité — ou habitants de l’infini — développent alors une distance avec leurs congénères, une posture capable de les protéger du vertige de leur condition. Certains comblent le trop grand vide de leur existence en se fourvoyant dans des idéaux trop grands pour leur qualité d’homme, d’autres, anesthésiés de toute émotion, deviennent de véritables bouchers. La défense de Manji est assurément le cynisme, plus belle preuve de son détachement progressif des affaires humaines. Reste que c’est au détour de ces quelques rencontres qui émaillent la série que l’on constate l’attachement de Manji à Lin, une proximité de plus en plus marquée et sincère. Sans doute la jeune femme symbolise-t-elle pour notre ronin son dernier lien avec l’humanité.

Avec sa série, Samura anime, plus que le héros triomphant d’une énième légende, la victime d’une fable vicieuse. Et bien que cette réflexion sur l’éternité, développée au tout début de la série, soit par la suite diluée dans 25 tomes d’intrigues et de combats divers, elle reste une piste de lecture intéressante.

Pour information, la série est publiée par Kodansha au Japon (Mugen no Jūnin), par Dark Horse aux États-Unis (Blade of the Immortal) et par Casterman en France (L’Habitant de l’Infini - collection Sakka). Pour information, l’édition française compte actuellement 25 volumes, soit 3 de plus que l’édition américaine et 3 de moins que l’édition japonaise.




ARTICLES
« PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


Au moins 4 bonnes raisons de (...)


John Paul Leon, l’héritage d’Alex (...)