Accueil du site > CMJN > Portugal, un album de Cyril Pedrosa

Portfolio







Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

Portugal, un album de Cyril Pedrosa

EN septembre prochain paraîtra aux éditions Dupuis Portugal, de Cyril Pedrosa (en partie prépublié sur 8comix.fr). Un album avec des pages en couleur, et du texte aussi. Voilà, voilà... Hmmmpphhh... Mrrrrr... Ach ! J’aurais tout fait pour rester objectif et factuel, mais je ne peux tenir plus longtemps : les premières planches de Portugal sont à tomber ! C’est donc mû par une admiration et un enthousiasme sans borne pour le talent de Pedrosa (désolé Cyril !) que je vous propose cet entretien. Et ça ne surprendra personne si j’ajoute que les commentaires de l’auteur au sujet de son album sont aussi passionnants que son sujet.

Je voulais qu’une forme d’émancipation dans le dessin accompagne cette transgression, et j’avais beaucoup de questions sur mon dessin. Je voulais le libérer de quelque chose, des habitudes, du « joli », du « maîtrisé », prendre le risque de me donner la plus grande liberté possible. J’ai appris beaucoup de choses sur ce livre en me mettant dans cette disposition.C’est difficile à expliquer en quelques mots, mais cela m’a amené à des choses que je ne connaissais pas de mon dessin : improviser, faire des erreurs, jouer avec, dessiner autrement parce que c’est nécessaire à telle partie du récit, ne pas savoir à l’avance ce qui va se passer sur la feuille... Ce n’est pas toujours confortable, souvent frustrant : on court après quelque chose qu’on a l’impression de ne jamais vraiment saisir, ou alors dans des moments très courts, très fugaces. On trouve des réponses qui amènent à d’autres questions. Mais j’ai adoré ça, j’ai très envie de continuer dans cette direction.

JPEGLa couleur semble jouer un rôle bien particulier dans ton récit. Elle s’est imposée d’emblée, par rapport à une narration en noir et blanc ? D’ailleurs, en tant qu’auteur, comment a évolué ton rapport à la couleur ?

Pour cette histoire là, oui, je pense que la couleur était indispensable. J’en avais besoin pour avoir le plus d’outils graphiques possibles. Tout d’abord pour caractériser graphiquement chacune des trois parties.

La première partie, « Selon Simon », celle de ma génération est traitée au lavis, avec des rehauts de couleurs, très simples, très limités. Je voulais quelque chose d’un peu éteint, un peu « en dessous », comme le personnage de Simon, qui patine un peu dans sa vie. La deuxième partie, « Selon Jean », celle de la génération de mes parents, est en couleur informatique, des couleurs magnifiques réalisées par Ruby, avec un dessin assez réaliste. Je voulais un rendu un peu « classique », old school. C’est la partie de « l’institution familiale », des habitudes... La troisième partie « Selon Abel », celle de la génération de mes grands-parents, est en couleur directe, avec des couleurs très expressives. Je voulais que cette partie soit la plus lumineuse, la plus vivante, la plus imprévue, pour graphiquement être dans la même position que le personnage : ne pas savoir ce que j’allais trouver, ce qui allait se passer. Ensuite, à l’intérieur des trois parties, la couleur suit les états d’âme du personnage, elle se libère petit à petit, au fil du récit, comme lui. Elle sert aussi à colorer le texte, à suggérer la « couleur » de la langue portugaise, ou de l’accent portugais de certains personnages.


3 messages


    Portugal, un album de Cyril Pedrosa – le 31 janvier 2011 à  10:58, par marie voyelle

    les pages de Portugal sont vraiment magnifiques, et lire en plus les commentaires de l’auteur, ses hésitations et sa démarche, tout ça donne très envie de pouvoir enfin lire le livre ! :)

        » Portugal, un album de Cyril Pedrosa – le 31 janvier 2011 à  15:53, par François

        Oui, ce flot de louanges était tout à fait justifié (quoiqu’en dise Pedrosa) :)


        Portugal, un album de Cyril Pedrosa – le 2 février 2011 à  11:41, par Franck

        Excellent. Vivement septembre, donc.

        Merci pour l’interview et l’avant-première.



      ARTICLES
      « PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


      « Go Fuck Yourself Alan Moore », (...)


      La Mort et les super-héros : (...)