Accueil du site > CMJN > Spawn, du sable et des chaînes...

Portfolio

Spawn #95
Spawn #95
Sandman #6
Sandman #6
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

Spawn, du sable et des chaînes...

EN reprenant la lecture des épisodes de Spawn, lâchée il y a quelques années (vers le #50), j’ai pu me rendre compte de la direction prise par la créature de Todd McFarlane. Cependant, entre temps, j’ai également fait la connaissance de l’onirique Sandman de Neil Gaiman. Évidemment, avec mon esprit tordu, et après avoir été titillé par quelques détails, j’ai commencé malgré moi à comparer les deux personnages, jusqu’à arriver à la conclusion que la contribution (volontaire ou non) de Gaiman sur la série Spawn ne s’était en fait peut-être pas bornée à l’écriture de quelques épisodes...

SI, au cours de ces dix dernières années, on a évoqué les noms de « Neil Gaiman » et « Todd McFarlane » dans la même phrase, c’est à coups sûrs pour aborder le conflit concernant l’exploitation des personnages d’Angela, Cogliostro et Medieval Spawn. Aussi le but de cet article n’est pas donc de faire le point sur l’historique du procès qui oppose les deux créateurs parce que... ce serait légèrement pénible, et surtout parce que Wikipedia ou d’autres sources sauront vous renseigner beaucoup mieux que moi.

Non, l’idée de cet article est née naturellement au fil de la lecture des numéros 90 à 100 de la série Spawn. Amateur sur le tard du Sandman de Neil Gaiman, je n’ai pu m’empêcher de relever une série de détails qui m’ont convaincu de l’influence de Gaiman sur la série, au-delà des quelques épisodes auxquels il a pu participer. Attention toutefois, je n’affirme pas que McFarlane s’est amusé à pomper comme un malpropre sur la copie de son copain. Reste qu’évoquer une certaine inspiration ne m’apparaît pas totalement déplacé. Dites, avant d’attaquer, ça vous dirait pas un petit café ?

Des démons et des diners

Au rayon des scènes qui ont éveillé ma curiosité, il y a ce passage de l’épisode #95 (mai 2000) dans lequelle Ab et Zab – deux démons venus précipiter l’Armageddon sur Terre –, squattent un diner, fumant clopes sur clopes, en attendant de rassembler un nombre suffisant de leurs futures victimes (treize, histoire de taper dans l’originalité). C’était très fugace, mais cette scène m’a immanquablement rappelé l’excellent épisode #6 de Sandman, intitulé 24 hours (juin 1989), où l’horrible Doctor Destiny, autrefois humain, désormais mort-vivant un peu paumé, va faire vivre un véritable enfer à la clientèle d’un diner. De l’auto-mutilation au simple cannibalisme, en passant par l’orgie ou encore l’organisation d’une murder party dans le noir, Destiny leur fera endurer les pires 24 heures qu’un humain puisse à peine imaginer. Aussi, au cours de la lecture de cet épisode de Spawn, je m’attendais naturellement à voir les choses méchamment dégénérer... Deux démons un peu rock’n roll, un diner, des pauvres clients, l’esprit dérangé de McFarlane... vous voyez ? Mais rien de tout ça. Les treize victimes finiront simplement empalées sur une colline.




ARTICLES
« PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


Beasts of Burden, la ligue canine


Hellboy : la Tempête avant la (...)