Accueil du site > CMJN > Spawn, du sable et des chaînes...

Portfolio

Spawn #95
Spawn #95
Sandman #6
Sandman #6
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

Spawn, du sable et des chaînes...

EN reprenant la lecture des épisodes de Spawn, lâchée il y a quelques années (vers le #50), j’ai pu me rendre compte de la direction prise par la créature de Todd McFarlane. Cependant, entre temps, j’ai également fait la connaissance de l’onirique Sandman de Neil Gaiman. Évidemment, avec mon esprit tordu, et après avoir été titillé par quelques détails, j’ai commencé malgré moi à comparer les deux personnages, jusqu’à arriver à la conclusion que la contribution (volontaire ou non) de Gaiman sur la série Spawn ne s’était en fait peut-être pas bornée à l’écriture de quelques épisodes...

Pour le coup, cette première intuition avait tout de la fausse bonne idée. En plus, des scènes de démons squattant les banquettes d’un diner, on en trouve un peu partout. Rappelez-vous ce sympathique épisode de la série Millenium, où une bande de démons rigolards se racontent leur journée autour de pancakes et de café fumant. Bref, si mon intuition ne s’était pas vraiment confirmée, elle m’avait néanmoins convaincu d’une chose : éviter de poser mes fesses dans un diner. C’est très mal fréquenté.

Malgré ce premier échec, la graine était semée. Aussi, petit à petit, les épisodes de Spawn défilant, le lien entre Spawn et Sandman à commencer à apparaître plus clairement...

L’Enfer sur un plateau

De par l’étendue de leurs pouvoirs et le territoire sur lequel ils l’exercent (la Terre), il était inévitable que Spawn comme Sandman arrachent leur destinée à la pesanteur terrestre pour évoluer vers des sphères supérieures... ou inférieures. Effectivement, les deux personnages entretiennent un rapport bien particulier avec le royaume d’en-dessous, les Enfers, puisque tous deux s’en sont vus proposé soit le trône, soit les clés, et tous deux ont décliné l’offre.

Dans le premier cas, Spawn, au terme d’un combat contre Malebolgia, qui a le bon goût de ne pas s’éterniser, refuse de monter sur le trône de son créateur infernal (#100, novembre 2000). Il affirme à ce moment précis son autonomie, une direction prise quelques numéros auparavant, lorsque l’Avatar de la Terre Mère lui présente une alternative entre le Ciel et l’Enfer (#75, août 1998).

Dans le cas de Sandman, pas de combat dantesque puisque Lucifer, ange déchu et Seigneur des Enfers, annonce tout simplement au Maître des Songes qu’il démissionne après quelques dix milliards de bons et loyaux services. Aussi, après avoir vidé l’Enfer de ses derniers habitants et fermé le dernier de ses portails, la taulier remet les clés à son « ami » Sandman. Plus embarrassé qu’autre chose, ce dernier n’aura d’autre souhait que de se débarrasser de ce cadeau empoisonné (#23, février 1991) au profit du plus méritant. Au rang des prétendants, de nombreux personnages mythologiques (Odin, Anubis, etc.), mais surtout, le méchant rival de Sandman : le démon Azazel.




ARTICLES
« PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


Beasts of Burden, la ligue canine


Hellboy : la Tempête avant la (...)