Accueil du site > N&B > The Walking Dead, la fin du monde social - 2e partie

Portfolio

Walking Dead tome 11 : Les Chasseurs (VF) - Robert Kirkman & Charlie (...)
Walking Dead tome 12 : Un monde parfait (VF) - Robert Kirkman & Charlie (...)
Walking Dead tome 13 : Point de non-retour (VF) - Robert Kirkman & (...)
JPEG - 169.5 ko
Walking Dead tome 13 : Point de non-retour (VF) - Robert Kirkman & Charlie Adlard
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

The Walking Dead, la fin du monde social - 2e partie

SUITE et fin de cet article consacré aux bases de la nouvelle humanité esquissée par Robert Kirkman dans sa série The Walking Dead. Où l’on découvre que la peine de mort est devenue une condition incontournable, presque préventive, à la survie du plus grand nombre. C’est du moins l’enseignement que retire le groupe de Rick de leurs mésaventures passées. Dès lors, peut-on imaginer imaginer notre groupe capable de retourner à une vie normale si on le leur proposait ? C’est tout l’objet des derniers volumes de la série.

C’est ce moment précis, après une plongée dans l’horreur totale, que Kirkman choisit pour justement mettre son groupe de héros meurtriers en rapport avec une nouvelle communauté.

Un monde parfait

L’illusion d’un retour à l’état de droit tombe définitivement dès les tomes suivants, avec l’affaire qui ébranle la communauté d’Alexandria, située aux abords de Washington et dirigée par le sénateur Douglas Monroe.

Après l’épisode des cannibales, Rick et les siens intègrent une communauté aux abords de Washington (lire tome 12 : Un monde parfait). Regroupés autour d’un quartier fortifié, aux infrastructures parfaitement adaptées pour la situation, ces humains parviennent à survivre avec un minimum de perte humaine et surtout en conservant une vie quotidienne quasi-inchangée depuis l’apparition des morts-vivants. Leur leader, Douglas Monroe, ancien sénateur, apparaît comme un homme raisonnable, intelligent et juste. Il fournit à chacun une tâche en fonction de ses compétences physiques et intellectuelles. Bref, il gère en despote éclairé sa communauté avec bon sens et une certaine équité. Les armes sont consignées à un même endroit, sous bonne garde et la nourriture est, après expérimentation, rationnée pour chaque individu. La situation semblerait pouvoir durer jusqu’à la disparition du dernier mort-vivant. C’est du moins ce que pense Monroe.

The Walking Dead #72, ou le difficile retour à une vie normale {JPEG}Avant d’être intégrés, le groupe de Rick a été observé de loin par Aaron, pour juger de leur capacité ou non à pouvoir rejoindre la communauté d’Alexandria. Lorsqu’il décide d’entrer en contact avec eux pour leur annoncer la bonne nouvelle, Aaron est reçu à coups de poings par Rick. Rappelons que le groupe sort tout juste de l’épisode des cannibales. On observe l’application des enseignements des expériences passées : frapper le premier et neutraliser toute menace afin d’éviter que l’épisode du Gouverneur (tomes 5 à 8), par exemple, ne se reproduise. Arès ce premier contact musclé, nos héros rencontrent ce nouveau groupe d’humains. Chacun se voit attribuer un poste, un logement. Rick est assigné à la sécurité du camp, Abraham aux chantiers, Maggie devient aide-institutrice, etc. Tout semble se passer pour le mieux, malgré la difficulté de certains membres de reprendre une vie normale (la couverture du #72 montrant Michonne en soirée un verre de champagne à la main, son sabre caché dans l’autre, illustre parfaitement cet état d’esprit).




ARTICLES
« PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


The Walking Dead, la fin du (...)


Rétrographie — Batman