Accueil du site > RVB > The Walking Dead, the never ending zombie story - 1re partie

Portfolio

Rick à son réveil - épisode 1
Rick, Morgan et son fils Duane Jones - épisode 1
Premiers pas dans Atlanta - épisode 1
Rick et Glenn - épisode 2
Le danger se rapproche - épisode 3
Shane a le leadership musclé - épisode 3
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

The Walking Dead, the never ending zombie story - 1re partie

... voilà toute l’ambition de Robert Kirkman qui, comme beaucoup d’entre nous, enrageait de ne jamais savoir ce qu’il se passait après le générique de fin des films de zombies. L’auteur se rapproche un peu plus de son rêve avec l’adaptation de sa série au petit écran. À l’heure où je publie cet article, trois épisodes ont déjà été diffusés, autrement dit, la moitié de la première saison.

RÉSUMONS rapidement l’essentiel. The Walking Dead est un comics initialement créé par Robert Kirkman (scénario) et Tony Moore (dessin), dont le premier numéro paraît en 2006. Moore jette l’éponge après six numéros (et doit encore le regretter) pour laisser la place au britannique Charlie Adlard, qui depuis n’a failli à aucun numéro (bientôt 80). La série est un succès aux États-Unis, mais également en France, où elle est adaptée par Delcourt depuis 2007. En 2009, AMC se porte candidate pour adapter le titre à la télévision. Octobre 2010, le pilote est diffusé et rassemble quelques 5 millions de télespectateurs (en comparaison, Lost en cumulait 9 millions). C’est un record historique pour la chaîne. Une deuxième saison de 12 épisodes est confirmée ; les morts de faim attendent déjà d’en connaître la date de diffusion.
UPDATE : la date de diffusion est désormais connue : septembre 2011 (Outch !).

Épisode 01 : Days Gone Bye, de l’expectative à l’excitation

L’histoire en deux mots : États-Unis, de nos jours. Rick Grimes, un ex-policier de la petite ville de Cynthiana, Kentucky, sort du coma dans lequel il est plongé après une arrestation musclée. Son monde bascule lorsqu’il découvre que les morts se relèvent et errent désormais à la recherche des derniers humains pour s’en repaître. Persuadé que sa femme Lori et son fils Carl sont toujours en vie , il part à leur recherche.

L’attente de ce pilote était mêlée d’extrême curiosité (on nous annonçait déjà que la série TV ne suivrait pas strictement le comics) et de déception attendue (vous savez, cette attitude de blasé qui vous protège d’un trop lourd impact émotionnel... C’est très à la mode en ce moment.).

J’ai donc regardé et apprécié. Darabont prend son temps, développe quelques plans inédits, (suggérant notamment la radicalité des mesures sanitaires ou l’échec des militaires lors de l’apparition des premiers zombies) et apporte même quelques trouvailles (le décalage temporel subit par Rick lors de son coma). On reconnaît le style du réalisateur de The Mist [1] et on apprécie cette lenteur qui prolonge la justesse des scènes-clés.

C’est donc un pilote sans fausse-note, à la photographie soignée, et au développement tout en sensibilité des personnages de Morgan Jones et de son fils Dwayne. Mention spéciale pour le soucis de réalisme de certaines scènes (on apprendra par exemple qu’il est stupide de tirer à l’arme à feu dans l’espace confiné d’un tank). Cette entrée en matière remplie parfaitement son office : nous présenter l’ampleur de ce monde dévasté, faire connaissance avec un héros sous le choc et humain à l’extrême (voir la scène de la mise à mort de la demi-cycliste) et faire la démonstration de la tension des relations entre survivants.


Notes

[1] Un film qui rassemble déjà de nombreux thèmes communs à The Walking Dead : le rapport père-fils, l’extérieur comme menace, la place de chaque individu dans une micro-société...



ARTICLES
« PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


Steve Thomas, guide de voyages (...)


The Walking Dead, the never (...)