Accueil du site > RVB > The Walking Dead, the never ending zombie story - 2e partie

JPEG - 92.7 ko
Pauvre Amy... Sais-tu pour qui sonne le glas ?
Les visuels et illustrations sont © leurs auteurs respectifs.

The Walking Dead, the never ending zombie story - 2e partie

LES morts-vivants ont faim d’audience fraîche et visiblement ils ont trouvé un foyer de prédilection sur la chaîne AMC. Les scores déjà satisfaisants restent stables, lorsqu’ils n’augmentent pas d’un épisode à l’autre. Une bonne raison pour « renouveler » tout le staff de scénaristes pour la prochaine saison ? Sûrement... Avant de tirer à vue sur Frank Darabont pour cette décision assez surprenante, attendons de voir le résultat... en septembre prochain. Pour patienter, voici un petit retour sur les épisodes 4 et 5 de cette première saison de The Walking Dead.

JPEGLorsque la tension est à son comble, Kirkman nous sort de nulle part une de ces grand-mères adorables capables de calmer le plus enragé de la bande en le tirant par l’oreille. Je n’ai pu m’empêcher de penser que si la scène, telle qu’elle est écrite, pouvait passer sans trop de casse dans les pages d’un comics, c’est beaucoup moins évident à l’écran. Cet espèce de deux ex machina tombe un peu à plat, un comme si en plein épisode de The Shield, Vic McKey et ses potes se mettaient à taper le carton sur un coup de tête avec leurs potes dealers, en pleine descente. On n’y croit pas vraiment. Là non plus.

Les lecteurs du comics remarqueront également que Kirkman introduit ses thèmes de prédilection très tôt dans la série TV alors que ces mêmes sujets n’ont été abordés que récemment dans la série papier. En effet, ces banditos prêts à aller jusqu’au meurtre pour protéger leur communauté ressemblent énormément au groupe de Rick, s’intégrant à la communauté de Washington (à partir du #68). On retrouvera un autre de ces thèmes dans le cinquième épisode *tease tease*.

La scène finale de massacre au camp remonte le niveau de l’épisode et donne enfin satisfaction à ceux qui trouvaient les zombies un peu relax sur le nombre d’humains à leur tableau de chasse. Les irruptions de zombies sont relativement rares, mais, couplées à la qualité visuelle des maquillages, elles n’en n’ont que plus d’impact.

Bref, une fausse note, mais la série reste toujours très agréable à regarder et, signe positif, la suite se fait déjà attendre. D’ailleurs, la voici. (Eeet, comme prévu, j’ai fait long...)

Épisode 05 : Wildfire

JPEGSi l’on peut saluer The Walking Dead pour une chose, c’est au moins pour ses ouvertures d’épisodes. On débute avec Rick, sous la chaleur mâtinale, laissant un message à l’attention de Morgan et de son fils les mettant en garde contre les dangers d’Atlanta. La scène comporte ce qu’il faut d’espoir brisé et d’inquiétude. Andrew Lincoln fait décidemment un Rick très convaincant. Vivement l’évolution du personnage.

L’autre scène marquante, ce sont les adieux d’Andrea à sa soeur, mordue lors de l’attaque de la veille. Sa réaction lorsque Rick lui propose de l’aide est excessive et terriblement humaine. On se demande constamment dans quel état d’esprit se trouve Andrea : si elle mesure ou non le danger en se tenant aussi près de sa soeur. La scène d’adieu, au réveil d’Amy, est poignante. Tout comme le rapprochement d’Andrea et Dale à la fin de la séquence. Là encore, le casting marque des points.




ARTICLES
« PRÉCÉDENTS | SUIVANTS »


The Walking Dead, the never (...)


Assassin’s Creed, la mort du (...)